Touche pas à mon vigneron

Ce matin j’ai reçu dans ma boîte aux lettres une nouvelle inquiétante de Louise : un certain Professeur Reynaud a rendu un rapport au gouvernement dans lequel  il propose - entre autres – de renforcer le dispositif de la loi Evin en interdisant la promotion du vin sur les réseaux sociaux.

dans mes oreilles, aux armes etc 

En mettant de côté les préconisation liées aux addictions de tabac et d’alcool, parce que j’ose croire que l’on peut consommer le vin par plaisir et avec modération, parce que je connais les difficultés des petits vignerons à promouvoir et vendre leurs vins, parce que je n’ose imaginer Vicky, Mélanie & Benoît, Iris, Hervé et les autres sans leur blog, parce que je suis persuadée que le vin fait partie de notre patrimoine, parce que pour moi alcool forts et vins sont impérativement à dissocier…  je vous invite vivement à lire le détail de ses propositions et à signer la pétition TOUCHE PAS A MON VIGNERON dont je vous transmets l’appel ci-dessous.

SAUVONS LA LIBERTE D’EXPRESSION DE NOS VIGNERONS

Il y a quelques jours le Professeur Reynaud a rendu son rapport au gouvernement sur Les stratégies validées de réduction des dommages liés aux addictions dans lequel il dresse un ensemble de préconisations afin de lutter contre les addictions, notamment en matière d’alcool.

Dans celles-ci on note, qu’en sus de l’habituelle augmentation des taxes qui a toujours démontré son inefficacité sur les comportements dangereux mais permet néanmoins de remplir les caisses de l’Etat, le Professeur préconise de ne plus autoriser la promotion sur internet, comprenant spécifiquement dans cette définition les réseaux sociaux.

Nous tenons tout d’abord à souligner qu’associer le vin à l’alcool, sous toutes ses formes, c’est avant tout nier la dimension culturelle et économique, mais également civilisationnelle, qu’a le vin dans notre pays.
Nous demandons que la législation prenne enfin en compte la différenciation entre vin et alcool au sein même de nos réglementations.

D’autre part, nous n’aurons pas la mesquinerie de rappeler que le vin reste pour bien des bassins la première source d’emplois directe et indirecte, ni qu’il reste à ce jour la seconde source de revenus pour l’Etat à l’export. 

Nous tenons à rappeler que les réseaux sociaux, contrairement à ce que laisse entendre le rapport, sont déjà soumis à réglementation puisque les pages sont paramétrées pour ne pas être visibles par les mineurs, que les communications qui y sont faites sont d’ores et déjà soumises à la Loi Evin.
Elles permettent entre autres à nos vignerons de parler de leurs engagements en matière de vinification et de conduite de la vigne et d’expliquer clairement la qualité de leur production.

Serait-il vain de rappeler une fois encore que les vignerons sont avant tout des agriculteurs et non des industriels dont les engagements écologiques, qualitatifs et économiques font la renommée de notre pays tant à l’export qu’auprès de nos compatriotes ?
Ramener tout un pan de notre culture et de notre économie à des dealeurs d’alcool c’est aussi nier à nos vignerons le droit d’être fiers de leur travail et de leur engagement.

Couper le vin d’un accès à internet et aux réseaux sociaux, c’est placer la viticulture française en position de déséquilibre économique face à nos partenaires européens et empêcher une concurrence loyale entre eux.
Pour de nombreux importateurs, la communication effectuée par les producteurs sur ces réseaux en direct leur permettent de diminuer les coûts de communication sur ces vins et de valoriser ainsi leur catalogue. Empêcher cette communication, alors que nos voisins pourront s’y exprimer à l’envie impliquera pour l’acheteur un coût de communication supplémentaire avec les vins français. A l’heure du choix, nul doute que ces éléments pèseront dans la balance décisionnelle.
Parier que les vins français, par leur seule renommée et sans aucune communication, continueront à être achetés de par le monde est un leurre. La production s’améliore partout et nous devons pouvoir communiquer sur notre savoir-faire afin de sauvegarder nos exportations.

Plus encore, pouvoir communiquer sur la consommation modérée du vin en France, c’est également défendre cet art de vivre à la française que nous envie le monde entier et qui reste pour de nombreux étrangers le moteur décisionnel de l’achat de vin français.

Nous tenons à rappeler que nous nous élevons contre les comportements de consommation excessive mais que bâillonner à toute force c’est aussi empêcher les messages sur le bien boire, la consommation modérée et raisonnable.
En lui enlevant toute parole, on érige l’alcool en un interdit qu’il devient cool de transgresser.
Avant de boire, il serait enfin temps d’apprendre à déguster.
Cet apprentissage passe aussi par la parole donnée aux vignerons. Alors que Les experts annoncent une augmentation de l’alcoolisme, principalement chez les jeunes, la consommation du vin chute tandis que celle des vodkas et whiskys est en constante augmentation. Dès lors, comment continuer à récriminer le vin ?

Ce rapport préconise également de taxer 1euro pour 1 euro engagé – au prorata des investissements en opérations marketing, communication notamment. Nous tenons fermement à nous opposer à ce type d’actions. Déjà encadrées par la loi Evin, les campagnes marketing, mises en place par les acteurs de la profession, visent à défendre les aspects qualitatifs de nos vins et ne vantent en aucune façon les comportements abusifs. Non contents de devoir trouver les budgets pour parler de nos vins, nous devrons payer ce droit d’expression.

Sous couvert de santé publique, toutes ces préconisations n’ont d’autre but que de détruire un pan de notre culture, de notre économie, voire de notre civilisation.

Nous avons besoin de vous, amoureux du vin, vignerons, négociants, interprofessions. En signant cette pétition vous montrez votre engagement auprès de nos vignerons et des valeurs du vin.
Nous vous remercions de bien vouloir signer cette pétition et de la faire circuler autour de vous afin de soutenir et défendre nos vins et ceux qui les font.
Touche pas à mon vigneron est un collectif de soutien à la viticulture française.

Pour en savoir plus sur Touche Pas A Mon Vigneron : 

Rejoignez-nous sur notre page facebook:
https://www.facebook.com/TouchePasAMonVigneron

Sur Twitter:
https://twitter.com/TPAMV

Pour lire le rapport remis dans son intégralité:
http://cms.centredesaddictions.org/pdf/Mildt_MR_DJM_Synthese.pdf

Pour lire un condensé du rapport et des msures préconisées:
http://quillesdefilles.com/?page_id=1531

 

About these ads

5 Comments

Filed under En Français, Evin

5 responses to “Touche pas à mon vigneron

  1. Pingback: C’est permis ! | Eyes Wine Open

  2. Aumat

    L’alcool : 70 000 morts par an
    L’héroïne : 10 morts par an
    Le tabac : 40 000 morts par an
    La coke : 0 mort par an

    Alors, je militerai pour les vignerons quand l’état arrêtera de considérer l’alcool comme un mal nécessaire …. surtout le pinard qui est le pilier de l’alcoolisme en France…
    Oui je veux bien toucher aux lobbys des alcools (et bien sûr des vignerons) et je suis prêt à descendre dans la rue pour cela ….
    Je vous renvoie à l’émission de France Inter hier à 19h20 qui traitait de ce pb. Haro sur les ‘lobbies pinardiers’
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=656268&date=1371006000

    On a réduit le nombre des tués sur la route de 15 000 à 4 000 par an contre le lobby des constructeurs, il faut faire la même chose avec l’alcool et surtout avec le vin.

    • Merci d’avoir partagé votre opinion et le lien vers l’émission que je suis allée écouter.
      Mais ne pensez-vous pas qu’Internet est un lieu privilégié pour parler du vin et éduquer les consommateurs ? Et que l’éducation au vin reste la meilleure voie vers la modération ? Que l’ignorance pousse à la bêtise et la sur-consommation et la censure au désir de transgresser la loi ?
      Ne pensez-vous pas qu’une action prioritaire serait le contrôle de la vente aux mineurs et non la supression de la parole des vignerons ?
      J’aimerais aussi mieux connaitre les chiffres: ‘ L’alcool : 70 000 morts par an’ –> combien liés au vin et combien aux alcool forts ?
      Enfin, face aux grands groupes d’alcool qui trouveront toujours les fonds nécessaires et la protection légale adéquate pour continuer à inciter à la consommation, quel poid feront les petits vignerons s’il n’ont plus la possibilité de s’exprimer sur leur savoir-faire sur les réseaux sociaux ?

  3. Il y a dans le vin notre Histoire, notre culture, notre art de vivre. Il y a dans le vin tout ce qui fait notre humanité et les bases de notre civilisation. Le vin fait partie de chacun d’entre nous. Il coule dans nos veines comme le sang du Christ. Le vin contient cette dimension qui relève du Sacré. Nous devrions ajouter une grappe de raisin dans le blanc de notre drapeau tricolore !
    http://www.oenoblogue.com/2013/06/touche-pas-mon-vigneron.html

  4. Pingback: Ça saoule ! | Eyes Wine Open

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s