Gigondas & blablablas

Ce Samedi pluvieux m’avait rendu oisive et mélomane. J’étais tranquillement installée avec ma cousine à pinailler sur les CDs indispensable à avoir sur sa playlist quand un coup bref mais incisif se fit entendre. Mon oncle passe alors sa tête dans l’entrebaillement de la porte et d’un air très innocent nous fait une proposition -très- indécente: ‘Est-ce que ça vous dirait de venir partager une boulette d’Avesne et un Gigondas avec nous?’

Sachant que la Boulette d’Avesne est réputée comme fromage le plus fort de France, la tentation de voir comment un Côtes du Rhône à 14.5°C d’alcool allait se défendre contre ce monument de l’artisanat fromager picard était trop grande. Nous hochâmes la tête à l’unission et nous précipitâmes vers la cuisine.

C’est d’abord l’odeur, forte, du fromage qui nous fit palpiter. Puis la couleur ‘gelée de groseille’ de notre verre déjà plein. La bouteille choisie pour l’occasion était un Gigondas 2007 du Domaine de Longue Toque et le premier nez plutôt doux, un brin tannique et des bouffées de fruits rouge ( nous détectâmes fraise, cassis, groseille) terminait sur une note de fond plus poivrée et presque sucrée (sirop d’érable? miel?).

Une fois en bouche plutôt moelleux, très peu tannique, subtil dans sa diffusion de saveurs fruits rouges et réglisse (?), ce Gigondas s’est très bien défendu contre un petit fromage à l’odeur tenace mais au goûté plus délicat. Une fois confronté au fondant au chocolat confectionné auparavant, il perdit de son velouté et de ses arômes et se fit plus tannique en bouche.

Mais voici surtout un florilège de commentaires de dégustation glanés auprès des convives. Des appréciations sur qualité du terroir français furent faites: ‘ Il est plutôt subtil ce vin…. Enfin surtout il ne donne pas un coup de massue comme les vins algériens ou libanais.. tu sais ceux qui nous mettent au lit en 5min’, des questions philosophiques furent soulevées: ‘ existe-t-il des molécules chimiques caractéristiques des arômes ou est-ce une appréciation métaphorique et subjective du goût?’ des comparaison de l’art de dégustation émises ‘ ça me fait penser au Yoga.. où on nous dit de respirer par le pied pour bien tout ressentir…’ et finalement des commentaires historiques formulés sur le  ‘fort pouvoir d’évocation d’un vin.. ce Côte du Rhône me fait penser à la Rome Antique… et les vins d’amphore’.


Et pour tout puriste lisant cette page. Voici une note de dégustation officielle.