Les Fines Gueules; sous le restau, la cave.

La magie de Noël c’est -entre-autres- recevoir un billet par la poste avec l’exhortation d’aller dîner et viner en bonne compagnie. C’est ce qui m’est arrivé (la semaine dernière par la poste, Merci à Paul!) *.

S’en est alors suivi une recherche frénétique d’un lieu digne de ce nom… Cityvox et autres Qype ne faisant pas mon affaire, j’ai consulté ‘celles-qui-savent‘:  Vicky, Eva, Ophélie puis Paloma. Emails, coups de fils, textos et conseils avant de finalement atterrir sur le blog de Paloma et lire, entre deux lignes, le doux nom LES FINES GUEULES. Bingo!

Je pourrais vous parler pendant des heures du dîner, un lieu chaleureux, des serveurs souriants, un velouté veloutant de champignons et croquant de noisettes, une bavette d’aloyau au poivre vert et une bouteille de Marsannay 2009 Clos du Roy du Domaine du Ballorin & F., mais je n’en ferai rien. Non, je préfère vous conter l’après-dîner quand, émoustillée, je confesse mon admiration pour la sélection des vins et que le gentil serveur nous parle d’une cave de plus de 14 000 bouteilles, là, sous nos pieds ébahis. Poussant la gentillesse encore plus loin, il s’excuse et revient 5min plus tard le sourire au lèvre et nous dit “si vous voulez voir la cave c’est maintenant..”!

Trop d’émotions sensorielles pour un même soir mais qu’importe, je le suivrais jusqu’en enfer s’il le fallait car il a éveillé ma curiosité comme personne auparavant. Et c’est bien en enfer que Franck va nous conduire, à quelques 20 pieds sous terre (au moins!) dans un dédale voûté et souterrain, la cave des Fines Gueules.

Nous sommes en fait au paradis et il fallait descendre sous terre pour être élevés au ciel. Une fraîcheur accueillante nous enveloppe et, devant nous, des milliers de bouteilles en caisses, en casier, en magnum et par région. Nous nous perdons avec délectation dans des couloirs en cul de sac et les explications passionnées de Franck sur la collection du patron, la sienne par adoption. Paris semble bien loin et le brouhaha du restaurant a été remplacé par un silence religieux, celui de l’homme face au vin. Je suis émue.

 

Ardoises

Les Fines Gueules

43 rue Croix des Petits Champs

75001 Paris

Tél : 01 42 61 35 41
Ouvert 7 jours sur 7